3 Gestes pour sauver une vie

L’association Cœur et Vie 43 a, entre autres, pour mission d’enseigner « les gestes qui sauvent ».

Les arrêts cardiaques ont lieu devant témoins qui le plus souvent ne savent pas pratiquer les gestes adaptés

Il est donc indispensable que tout le monde apprenne à pratiquer les gestes de premiers secours.

Cela passe donc par cette initiation.

Chacun de nous peut-être amené un jour à être témoin d’un accident cardio-vasculaire, c’est pour cela qu’il faut connaître les gestes qui sauvent ».

Appeler : 15(samu)   18(SDIS)  112(numéro européen)

Masser : la victime doit être allongée sur une surface dure et plane. Le massage cardiaque permet au sang de continuer à circuler et ainsi alimenter en oxygène les cellules et surtout le cerveau de la victime.

DEFIBRILLER : le défibrillateur ou DAE permet, grâce à un choc électrique, de relancer l’activité cardiaque.

Cet appareil est sans danger et est très simple d’utilisation. Il est équipé d’un guide vocal qui permet d’accompagner le sauveteur étape par étape .

Tout citoyen peut se servir d’un DAE.

 

Le froid hivernal ,plus meurtrier que la canicule estivale !

Infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux, grippe ou pneumonies, entraînent chaque hiver une hausse des décès de 9 % ,en décembre,janvier,février et mars.

La surmortalité hivernale apparaît dès qu’on passe en dessous de 15 °.

Les hypothermies ,imputables aux températures basses,frappent majoritairement les populations en grande précarité,sans domicile.

La zone de danger apparaît quand le thermomètre avoisine le zéro pendant plusieurs jours  ou semaines.L’organisme a plus de mal à résister ,souvent chez ces personnes dénutries et souffrant d’intoxication alcoolique.

Le froid tue plus de façon indirecte en aggravant des pathologies existantes (maladies coronariennes, AVC,maladies respiratoires).

Les personnes agées sont particulièrement touchées.

Aussi une personne malade ou très agèe devrait sortir le moins possible de son domicile l’hiver,sinon bien se couvrir.

Dans les habitations,mieux vaut que la température soit autour  de 19° mais de façon « homogène »,les à-coups thermiques nécéssitent des efforts d’adaptation consommateurs d’énergie,qui peuvent épuiser les plus fragiles.