LA PRECARITE: un facteur de risque cardio-vasculaire encore sous-estimé

Qu’elle soit financière ,affective ou de temps,la précarité sous toutes ses formes impacte fortement la santé cardio-vasculaire.A l’approche des fêtes de fin d’année ,la Fédération Française de Cardiologie sonne l’alerte sur ce facteur de risque méconnu qui touche de nombreux Français.

Différents types de précarité :

Qu’elle soit financière,affective ou de temps,la précarité sous toutes ses formes accroît l’isolement social,la consommation de tabac et d’alcool, le manque d’exercice physique ,le stress ,l’alimentation déséquilibrée, entraînant du surpoids…facteurs de risque majeurs pour 80% des maladies cardio-vasculaires.

Il y a davantage de décès cardio-vasculaires précoces chez les Français en situation de précarité financière.Cette situation est encore plus critique chez les femmes.

La précarité affective touche 5 millions de personnes en France.Synonyme de solitude extrême ,la précarité affective correspond à la rupture du lien social et représente un facteur de risque cardio-vasculaire sous-estimé.Les personnes seules sont deux fois plus susceptibles que les autres de développer des pathologies graves ,comme des maladies cardio-vasculaires (risque de développer un infarctus augmenté de 29 %) .La solitude sur le long terme peut mener à un comportement sédentaire et à une prise de poids,ainsi qu’à un stress pouvant engendrer des comportements à risque.

La précarité de temps menace la santé des actifs.Ils négligent leur santé et adoptent des comportements risqués pour leur coeur et leurs artéres.Cette précarité de temps a ainsi un impact sur la durée du repas :près d’un quart des actifs prennent moins de 30 minutes pour déjeuner.Il existe un lien entre une prise de repas trop rapide  et une hausse du risque d’obésité (facteur de risque majeur de maladies cardio-vasculaires) .15% des Français sont obèses avec une prévalence plus marquée chez les femmes.La précarité de temps est aussi une source de stress chronique.En altérant le système cardio-vasculaire ,le stress augmente le risque de développer une hypertension artérielle et multiplierait par 2,5 le risque de contracter un infarctus du myocarde.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *